Crezan
crezan

Jean Baradez (1895 - 1969)

L'équipage du Faman 192 convoyé en vol à Addis-Abeba. De gauche à droite, les capitaines Marie et Baradez et l'adjudant-chef Demeaux. (Jean-Michel Chevrier)

                Jean Lucien BARADEZ est né à Nancy le 27 mars 1895. Il était diplômé de l'Institut National d'Agronomie. Lieutenant observateur aérostier pendant la première guerre, il fut gravement blessé et resta plusieurs mois à l'hôpital, blessures dont il gardera d'ailleurs des séquelles. Ces mois d'immobilisation lui permirent cependant de se découvrir tardivement une passion pour les lettres classiques et l'archéologie.


                En juillet 1927, il est le navigateur de Challe pour un raid en Portugal et en Espagne réalisé avec un FBA 17 amphibie équipé d'un Hispano-Suiza de 180cv. Partis d'Argenteuil le 16 décembre à 6H00, ils se posent à La Corogne à 18H00 après avoir ravitaillé à Hourtin. Le lendemain, partis de La Corogne à 9H00, ils sont à Porto à midi, en redécollant à 17H00 pour Lisbonne où ils se posent à 19H30. Le 19 juillet, ils effectuent des vols de démonstration, et le lendemain visitent des centres portugais. Ils repartent le 21 juillet par Séville et Malaga puis rejoignent Alicante. Ils en repartent le samedi 23 juillet à 6H00 et via Barcelone et Perpignan se posent à Lyon à 17H00. Le dimanche 24, ils sont de retour à Argenteuil.


                En août 1930, il est désigné comme chef de mission pour préparer et convoyer le Farman 192 qui sera l'un des cadeaux officiels de la france pour le couronnement du Négus. Jean Baradez y représentera officiellement le Ministre de l'Air, M. Laurent-Eynac. Partis du Bourget le 16 octobre, l'avion se pose à Addis-abeba le 1° novembre 1930. Jean Baradez, alors commandant, publiera en 1935 une relation de ce voyage dans un livre  "En survolant cinquante siècles d'histoire : de Paris à Addis-Abeba"


                

                Lors de sa carrière, et notamment durant son passage à l'Etat-Major de l'Air, il fut l'un des quelques officiers qui soutint sans réserve les grands projets de voyages aériens, comme ceux de Philippe d'Estailleur-Chanteraine.


                Jean Baradez rencontre sa vocation dans l'immédiat aprés guerre en la personne de Louis Leschi, Directeur des Antiquités en Algérie et devient l'un des grands fondateurs de l'archéologie aérienne. Attaché en 1946 à ce département, il effectue des prospections aériennees systèmatiques, utilisant les archives photographiques militaires. Il découvre et explore plusieurs sites d'Afrique du Nord et devient directeur des fouilles de Tipasa. En 1949, il publie l'un des ouvrages de référence sur le sujet : "Fossatum Africae. Recherches aériennes sur l'organisation des confins sahariens à l'époque romaine", puis en 1952 "Tipasa, ville antique de Maurétanie".Contrairement au R.P. Antoine Poidebard qui photographia la Syrie de 1925 à 1942, Jean Baradez préconise le recours exclusif aux photographies verticales prises à haute altitude.


                De 1950 à 1965, il organise et trie les photographies aériennes prises par les alliés de mai 43 à mars 1945 offertes "en vrac" par la British School à l'Ecole Française de Rome, à charge pour elle de les identifier et de les classer.


                En 1954, il est nommé docteur honoris causa de l'université de Durham. Puis, il est nommé correspondant de l'Académie des inscriptions et belles-lettres en 1958. Après son départ d'Algérie, il travaille d'abord à Rome, dans les archives photographiques de l'école française, puis en France, s'installant à Chambéry dans sa "chère Savoie".


                Le Colonel Jean Baradez est décédé le 19 novembre 1969.

Tous droits réservés - Michel Barrière - crezan.aviation@gmail.com