crezan
F65
F65
F65

F.65 n° 10, n/c 6931

Sortie de production : début 1921

F-AEAT

¤ 1921 - 1922


                L'appareil sort de production en 1921 : Bossoutrot effectue des vols d'essais du "David 207", futur F-AEAT, les 23 décembre 1921 (15mn) et 9 janvier (25 mn). Cet appareil semble être le premier F.65 "Mod 1923" équipé d'un moteur Anzani 60cv, et doté du nouveau train d'atterrissage. L'appareil est peint en gris clair (gris argent?).


                Le 7 mars, le F.65 n°10, n/c 6931 est enregistré avec l'immatriculation F-AEAT au nom de Louis Paulhan. Une photographie montrant le nouveau train d'atterrissage fait apparaître l'expresssion "Côte d'Azur", laissant supposer que le capot portait alors du côté droit  le nom "Aéro-Club de la Côte d'Azur".

                En effet, du 26 mars au 2 avril se déroule la Grande Semaine d'Aviation de Nice. Paulhan y officie en tant que vice-président de l'Aéro-Club de la Côte d'Azur. Le Sport-Farman F-AEAT est présenté par Bossoutrot, qui vole à plusieurs reprises (1h15 le 26, 55 mn le 29, 1h40 le 31 mars; 2h25 le 1° avril et 1h50 le 2), le mentionnant dans on carnet de vol comme "David 207".


                Le F-AEAT apparait ensuite, le même mois, au meeting du Bourget. L'appareil finira en pylône, heureusement sans dégât sérieux ni pour lui, ni pour son appareil.


                Le 18 juin, Paulhan participe avec son Farman au Rallye des "104 au 104".

Nouveau train du F.65 "1923"

Paulhan et le F-AEAT passé en pylone à l'atterrissage

Meeting du Bourget, 25 mai1922

                Du 23 au 25 juin, il participe au meeting de Bruxelles. Paulhan présente le F-AEAT au concours international de tourisme, mais jouant de malchance avec un problème de sandows, se classe second derrière Poirée sur Caudron. Les deux aviateurs se posant à Saint Quentin le 26 pour faire le plein auront la surprise de découvrir le cadavre du gardien décédé dans son logement.


                L'appareil apparait ensuite au concours des avions de tourisme organisé par l'Aéro-Club de l'Atlantique à Nantes les 23 et 24 juillet : 7 concurrents sont initialement inscrits, mais un seul sera présent : Paulhan avec son Sport-Farman.


                L'été sera dominé par le Congrès Expérimental d'Aviation sans Moteur organisé du 6 au 20 août par l'Aéro-Club d'Auvergne près de Clermont-Ferrand à Combegrasse. Farman y est représenté par Paulhan et Bossoutrot avec notamment le Sport-Farman F-EHMF ("Farman 47") piloté par Bossoutrot et Paulhan et un Moustique ("Farman 19") piloté par Bossoutrot, tous deux modifiés en planeurs.

                Paulhan y vient avec son Farman, dont le moteur sera démonté, le siège étant avancé pour retrouver le centrage, mais l'appareil ne sera pas utilisé.


                Le 30 novembre, parait dans les Ailes une petite annonce explicite :

¤ 1923

                Le  F-AEAT n'ayant pas trouvé preneur, l'annonce reparait dans les Ailes le 5 avril 1923.

¤ 1924

                En août, après un bref enregistrement au nom de Farman - probablement pour gérer la remise en état et la vente - le F-AEAT devient propriété du baron Aymar du Charmel, breveté pilote en juillet.


                Le F-AEAT participe alors au meeting de l'Aéro-Club d'Auvergne qui se déroule le 31 mai. Peut-être parce qu'il s'agit de sa première participation à un grand meeting, Aymar du Charmel a comme passager Lalouette.  Il se classera premier de la série 60/70 cv et quatrième classement du général.

                Georges Houard, rédacteur en chef du journal "Les Ailes", présent à cette manifestation écrira ensuite un article favorable à l'aviation de faible puissance, finançable sur les fonds des particuliers et vilipendant l'attitude de l'administration, totalement focalisée sur les problèmes militaires, à son sujet. Il précisera notamment : "Je n'ai trouvé à Aulnat qu'un touriste véritable: M. Aymar du Charmel, qui a appris à voler dans une école civile, qui a acquis un avion, qui l'entretient de ses propres deniers et qui s'en sert."

¤ 1925 - 1931

                En avril 1926, Aymar du Charmel reprend son entrainement à Toussus pour passer son brevet militaire.


                En 1931, le F-AEAT est réformé. Après 1931, Aymar du Charmel volera sur Farman F.234 et F.200.

                

F.65    (CH-47)

F.65    F-ESAM

Tous droits réservés - Michel Barrière - crezan.aviation@gmail.com