crezan
F65
F65
F65

F.65 n° 10, n/c  6931

F-AEAT


                Le 7 mars 1922, le F.65 n°10, n/c 6931 est enregistré avec l'immatriculation F-AEAT au nom de Louis Paulhan.


                Ce numéro constructeur est élevé par rapport au numéro indiquant la place de l'appareil dans la série, ce qui nous fait supposer la possibilité qu'il s'agisse de la reconstruction d'une cellule de construction antérieure : les appareils de numéro de série voisin sont en effet des F.65 "1921", dotés en standard du moteur Rhône, alors que ce F-AEAT est sans doute le premier F.65 "1923" équipé en standard d'un moteur Anzani 60cv, et doté du nouveau train d'atterrissage.

Nouveau train du F.65 "1923"

Paulhan et le F-AEAT en pylone au Meeting du Bourget 1922

1922 - 1923


                Louis Paulhan


                L'apparition sur le marché de cette version du Farman Sport est très discrète. Il est vraisemblable que c'est à l'occasion du meeting de Nice de mars 1922 où il est invité d'honneur que Paulhan l'utilise pour la première fois, mais si tel est le cas, sa présence ne laisse aucune trace.


                En revanche, la participation de la maison Farman représentée par Paulhan sur son Farman "David" (et Bossoutrot avec un Goliath) est bel et bien actée pour le meeting organisé par l'Aéro-Club du Berry à Bourges en mai 1922.

                Le F-AEAT apparait ensuite, le même mois, au meeting du Bourget. L'appareil finira en pylône, heureusement sans dégât sérieux ni pour lui, ni pour son appareil.


                Le 18 juin 1922, il participe au Rallye des "104 au 104".

                Son apparition suivante se passe au meeting de Bruxelles qui se déroule du 23 au 25 juin. Paulhan le présente au concours international de tourisme, mais jouant de malchance avec un problème de sandows, se classe second derrière Poirée sur Caudron.


                L'appareil apparait ensuite au concours des avions de tourisme organisé par l'Aéro-Club de l'Atlantique à Nantes les 23 et 24 juillet : 7 concurrents sont inscrits, mais un seul se présente : Paulhan avec son Farman seul. L'absence des autres concurrents restera inexpliquée.


                L'été sera dominé par le Congrès Expérimental d'Aviation sans Moteur organisé du 6 au 20 août par l'Aéro-Club d'Auvergne près de Clermont-Ferrand à Combegrasse. Farman y est représenté par Paulhan et Bossoutrot avec notamment un Farman-Sport ("Farman 47") non identifié piloté par Bossoutrot et Paulhan et un Moustique ("Farman 19") piloté par Bossoutrot, tous deux modifiés en planeurs.


                Le 30 novembre 1922, parait dans les Ailes cette petite annonce : "Avion de tourisme et d'exhibition < Sport-Farman>  60 hp Anzani état neuf, modèle spécial vainqueur des concours de tourisme Bruxelles et Nantes. A vendre. Ecrire L. Paulhan, 3 rue Jules-Chaplain, Paris"


                Le  F-AEAT ne trouve pas immédiatement preneur et l'annonce reparait dans les Ailes le 5 avril 1923.

1924 - 1931


                Aymar du Charmel


                En août 1924, après un bref enregistrement au nom de Farman - probablement pour gérer la remise en état et la vente - il devient propriété du baron Aymar du Charmel, breveté pilote en juillet.


                Le F-AEAT participe alors au meeting de l'Aéro-Club d'Auvergne qui se déroule le 31 mai. Peut-être parce qu'il s'agit de sa première participation à un grand meeting, Aymar du Charmel a comme passager Lalouette.  Il se classera premier de la série 60/70 cv et quatrième classement du général.

                Georges Houard, rédacteur en chef du journal "Les Ailes", présent à cette manifestation écrira ensuite un article favorable à l'aviation de faible puissance, financable sur les fonds des particuliers et vilipendant l'attitude de l'administration, totalement focalisée sur les problèmes militaires, à son sujet. Il précisera notamment : "Je n'ai trouvé à Aulnat qu'un touriste véritable: M. Aymar du Chatelet, qui a appris à voler dans une école civile, qui a acquis un avion, qui l'entretient de ses propres deniers et qui s'en sert."


                En avril 1926, contrariant quelque peu cette appréciation, Aymar du Charmel reprend son entrainement à Toussus pour passer son brevet militaire.


                En 1931, le F-AEAT est réformé. Après 1931, Aymar du Chatelet volera ensuite sur F.234 et F.200.

                

F65 CH-47

F65 F-JARJ

Tous droits réservés - Michel Barrière - crezan.aviation@gmail.com