crezan
F65
F65
F65

F.65 n° 4, n/c : ?

F-EHMF


                Cet appareil, construit en 1919, est enregistré avec le CdI n°31 et l'immatriculation F-EHMF à la mi-janvier 1920. Il est évidemment enregistré au nom de Farman. En janvier 1920, le journal "L'Auto" annonce son intention d'organiser un prix orienté vers le développement de la sécurité  en vol des aéronefs, en privilégiant les capacités de décollage et d'atterrissage courts, et l'écart de vitesse en vol.


                Ces caractèristiques conviennent tout à fait aux spécifications et performances du Farman-Sport, mais pour accroitre leurs chances, Farman va en modifier un exemplaire en accroissant la surface de l'aile supérieure. De 7,11 mètre, son envergure passe à 9 mètres, les ailerons débordent les saulons et la corde de l'aile est sensiblement accrue au centre incurvant le bord de fuite.


                L'avion ne porte aucune marque.

                

Cette carte postale très répandue ne représente pas le F.60 standard, mais le F-EHMF reconnaissable aux ailerons étendus et à la courbure du bord de fuite de l'aile supèrieure.

1920

Le F.65 F-EHMF et son concurrent , le Spad-Herbemont S.20 de Casale. (L'Aerophile)


            Juin-juillet 1920 : "Prix du Grand Ecart de Vitesses"


                L'épreuve du "Prix du Grand Ecart de Vitesses" est organisée par le journal "L'Auto" . Elle doit se dérouler du 1° avril au 1° juillet 1920 - date repoussée ensuite au 15 juillet - sur la piste de Villacoublay. L'épreuve est courue sous les règlements de la Fédération Aéronautique Internationale, et effectuée sous le patronage de l'Aéro-Club de France.


                Le règlement prévoit : "Sera gagnant de ce prix le pilote qui aura réalisé le plus grand écart de vitesses en vol et l'atterrissage sur la distance la plus courte. Il sera fait un classement basé sur le plus grand écart de vitesse et un autre sur la plus courte distance parcourue à l'atterrissage. Le classement général résultera de l'addition des places dans ces deux classements. En cas d'ex-aequo, les concurrents seront  départagés par le classement du plus grand écart."


                Le concours étant réservé aux pilotes et avions français, le nombre de concurrents sera très réduit, puisque seuls participeront Bossoutrot sur Farman-Sport F-EHMF (Gnôme 60 cv, hélice Lumière), Casale sur Spad-Herbemont S20 (Hispano-Suiza, hélice Lumière) et Pillon sur Farman-Sport F-ADFZ (Gnôme 60 cv, hélice Lumière).


                Cette présentation officielle voile le fait que les "Farman-Sport" de Bossoutrot et Pillon ne sont pas identiques : le F-EHMF a été spécialement modifié pour participer à ce prix, principalement par une augmentation substantielle de la voilure. 


                Les épreuves ont lieu le 27 juin, 1°, 13 et 15 juillet. Bossoutrot et Pillon se classent 1° ex-aequo, Bossoutrot gagnant l'épreuve du Grand Ecart alors que Pillon gagne celle de la plus courte distance. Conformément au règlement, c'est donc Bossoutrot qui remporte le Prix.

1921-1923


                Nous ne connaissons pas avec certitude l'activité du F-EHMF en 1921. Sa voilure particulière limite forcément son potentiel de démonstration promotionnelle, mais la Coupe Simonet imposant des épreuves similaires à celles du Grand Ecart, il nous parait plausible que ce soit cet appareil qui ait participé.


            Septembre 1921 : Coupe Simonet des avions de tourisme


                La Coupe Simonet des avions de tourisme, organisée par l'Aéro-Club de Belgique, se déroule les 3 et 4 septembre sur le parcours Bruxelles-Ostende-Bruxelles. Le classement dépend de points obtenus sur des épreuves similaires à celles du Prix du Grand Ecart : le Farman-Sport, Anzani 60 cv, avec lequel Bossoutrot remporte la coupe est très probablement le F-EHMF vainqueur du Grand Ecart l'année précédente.


                Dans cette épreuve, la concurrence était assurée par deux appareils britanniques (Centaur et Avro 504) et deux appareils français (Morane Parasol 80 cv de Pelletier d'Oizy et Caudron G3 d'Adrienne Bolland).


                Août 1922 : Congrés du Vol à voile de Combegrasse


                Un grand Congrés du Vol à Voile est organisé en août 1922 sur le site de Combegrasse, près de Clermont Ferrand par l'Association Française Aérienne avec le soutien de l'Aéro-Club d'Auvergne. C'est en grande partie une réponse au meeting de la Rhön organisé peu avant par l'Allemagne.


                50 participants se sont engagés, mais il n'y aura que 34 participants présents parmi lesquels 3 Farman démotorisés : un Moustique et deux Farman-Sport, dont Bossoutrot et Paulhan se partagent le pilotage.

                Un autre pilote Farman est également présent : Lucien Coupet, mais à titre personnel avec un appareil de sa conception. Le Moustique portera le n°19, les deux Farman-Sport les numéros 44 et 47. Le Moustique est modifié avec une aile plus importante que celle de l'appareil standard.


                Le Farman-Sport n°44 est engagé par Paulhan à titre personnel. Il s'agit du F-AEAT qui arrive en vol piloté par Bossoutrot. L'appareil doit être démotorisé sur place, le siège pilote étant quelque peu déplacé sur l'avant pour compenser la modification de centrage due à la suppression du moteur. Paulhan et Bossoutrot ayant fort à faire avec les deux autres appareils, il ne sera finalement pas utilisé.


                C'est donc le Farman-Sport n°47 et le Moustique n°19 qui seront seuls en ligne dans le Congrés. Bossoutrot, assurant le pilotage du Moustique et partageant avec Paulhan celui du Farman-Sport. Ce Farman-Sport est le F-EHMF qui a conservé sa voilure modifiée pour le Grand Ecart : envergure est de 9 m contre 7,10m pour l'appareil de série. Son moteur est supprimé et remplacé par une casserole profilée.

                Bossoutrot sur ses deux appareils est le partipant le plus remarqué du Congrés, le Farman 47 totalisant le plus grand temps de vol.


                Le F-EHMF semble n'avoir que peu d'utilisation du fait de ses spécificités. En août 1923, il est est radié du registre.

Le F.65 F-EHMF reconverti en planeur n°47 pour le Congrés du Vol à Voile à Combegrasse en août 1922. La vue de l'appareil amarré fait bien ressortir les spécificités de la voilure, estompées sur la vue en vol.

F65 n°3

F65 Tucker

Tous droits réservés - Michel Barrière - crezan.aviation@gmail.com