crezan
F65
F65
F65

F.65 n° 2, n/c  ?

F-ADFZ


                Le F.65 n°2 apparait se distinguer du n°1 par une peinture intégrale du fuselage, capot compris. Compte tenu du daltonisme récurrent des journalistes de l'époque, nous ignorons malheureusement si la couleur rouge de la plaquette est une réalité. Les ailes sont vernies. L'Aérophile de novembre montre 3 vues de cet appareil, donné comme équipé d'un moteur de 40 cv. Dès octobre, Chevillard a effectué à Buc sur un F.65 "des vols prestigieux et des loopings sensationnels".


                Comme le montre sans ambiguité une photographie mettant en évidence sa dérive, le Farman Sport à moteur Le Rhône utilisé par Edmond Pillon, as de guerre avec huit victoires, pour démontrer les capacités acrobatiques de l'appareil est bien le n°2.


                C'est aussi pour l'instant la seule photographie de Farman-sport sur laquelle nous avons trouvé le numéro de série.


                Au début de l'année 1921, qui voit le décès accidentel d'Edmond Pillon, le F.65 n°2 est remotorisé avec un Anzani 6B de 60 cv et en décembre, reçoit le CdI 749 et l'immatriculation F-ADFZ.

Pillon aux commandes du F.65 n°2, numéro visible sur la dérive

Pillon aux commandes de son Sport-Farman


1919-1921


            29 décembre 1919 : Tentative de record du monde


                Dans les derniers jours de 1919, Edmond Pillon se propose de tenter de battre avec le sport-Farman le record du monde de loopings alors détenu par Fronval avec 624 loopings.

 

                Le 29 décembre, Pillon invite un journaliste de L'Auto à assister à des expériences de maniabilité à Buc et le prend à son bord. Il effectue d'abord plusieurs renversements et prolonge la séance avec 4 loopings, dont 2 consécutifs sans perte d'altitude. Après avoir atterri pour débarquer le journaliste, il repart seul et exécute entre 300 et 500 m d'altitude une série de 29 loopings en 5 mn. Satisfait de cet essai, il se pose prévoyant de tenter le record du monde dans l'après-midi. Aveuglé par la pluie, il arrêtera sa tentative après 31 loopings effectués en 6 mn.


                Les photographies diffusées après cet événement montrent que les ailes inférieures portent des cocardes. Curieusement, aucune photographie ne montre de cocardes sur l'aile supérieure.

            Mars 1920


                Le 5 mars 1920, une importante mission japonaise est en visite à l'aérodrome Farman. Chargée notamment de l'achat de Goliath miltaires, elle effectue un vol sur un Goliath piloté par Bossoutrot tandis que Pillon, aux commandes de son Farman-Sport exécute une série de loopings autour du Goliath.

            Avril 1920


                Le 25 avril 1920, Pillon exécute à Buc une série de vols avec des passagers. Il fait à cette occasion huit loopings avec pour la première fois sur le David une passagère, Mlle Renée Boucicaut, puis deux avec Maurice Farman dont ce sont les premiers loopings. Il effectue ensuite sa création personnelle : un looping hélice calée.

Pillon et le F.65 n°2 au meeting de Buc

(Source : https://gallica.bnf.fr/)


            Juin-juillet 1920 : "Prix du Grand Ecart de Vitesses"


                L'épreuve du "Prix du Grand Ecart de Vitesses" est organisée en 1920 par le journal "L'Auto". L'épreuve effectuée sous le patronage de l'Aéro-Club de France est courue sur la piste de Villacoublay. "Sera gagnant de ce prix le pilote qui aura réalisé le plus grand écart de vitesses en vol et l'atterrissage sur la distance la plus courte. Il sera fait un classement basé sur le plus grand écart de vitesse et un autre sur la plus courte distance parcourue à l'atterrissage. Le classement général résultera de l'addition des places dans ces deux classements. En cas d'ex-aequo, les concurrents seront  départagés par le classement du plus grand écart."

                

                Le nombre de concurrents est en fait très réduit : seuls participeront Bossoutrot sur le Farman-Sport F-EHMF (Gnôme 60 cv, hélice Lumière), spécialement modifié, Casale sur Spad-Herbemont S20 (Hispano-Suiza, hélice Lumière) et Pillon avec son Farman-Sport (Gnôme 60 cv, hélice Lumière). Les épreuves ont lieu le 27 juin, 1°, 13 et 15 juillet. Bossoutrot et Pillon se classent 1°ex-aequo, Bossoutrot gagnant l'épreuve du Grand Ecart alors que Pillon gagne celle de la plus courte distance. Conformément au règlement, c'est Bossoutrot qui remporte le Prix de 10.000 fr.


            Octobre 1920 : Le Meeting de Buc


                Le meeting qui se déroule le week-end du 8 au 10 octobre 1920 sur l'aérodrome Blériot de Buc est le premier meeting important depuis la guerre. Il marque la fin de la crise qu'a traversée l'industrie aéronautique après l'armistice. Plusieurs appareils Farman sont présentés aussi bien par la compagnie (F.60, F.65) que par des propriétaires privés (F.50). Pillon pilote son Farman-Sport (Gnôme 60 cv) le 9 pour le concours d'adresse (destruction de ballonets), où il se classe 4° ainsi que pour des exercices d'acrobaties.


            8 juin 1921 : décés d'Edmond Pillon


                En 1921, le moteur Rhône du F.65 n°2 est remplacé par un Anzani 6 devenu le moteur standard du type.


                Le 8 juin 1921, Edmond Pillon - qui allait avoir 30 ans (né le 9 juin 1891), effectue des essais en vol, loopings et renversements, au dessus du terrain de Toussus-le-Noble. L'appareil n'est pas identifié, ce peut-être le F.46 qu'il utilise pour les baptêmes de l'air. Il a ce jour-là un passager, un ami, Jean Motans, 24 ans, ex-pilote et attaché civil au ministère de la guerre. Au moment d'atterrir, l'appareil décroche et s'écrase sur les rives de l'étang du Trou-Salé. Pillon, relevé dans le coma, ne survivra pas. Son passager, gravement blessé, décèdera également quelques jours plus tard.

  


1922-1924


                L'appareil inutilisé est repris par Jean-Claude Bernard, autre pilote d'essais de Farman.


            18 juin 1922 : Le rallye des "104 au 104"


                Le 18 juin 1922, Jean-Claude Bernard participe avec le F-ADFZ au Rallye des 104 au 104 : 104 membres de l'Aéro-Club de France réunis au 104° km de la route Paris-Brest. Sur le pré qui sert de parking avion pour le déjeuner à l'auberge de Bois-Joly, à Tillières sur Avre, l'appareil, décoré aux couleurs de l'Aéro-Club de France est particulièrement reconnaissable.


                Parmi les 35 avions, dont quatre Goliath, qui participent à ce rallye figurent trois autres Farman-Sport : ceux des trois frères Farman, dont Henry avec son épouse, Maurice avec Pierre Besancon et Dick avec Lily Farman. André Schelcher, organisateur, serait également arrivé la veille avec un Farman-Sport (non identifié).


                Nous n'avons pas d'autre information sur les activités de cette époque. Le F.65 n°2 F-ADFZ est radié du registre en janvier 1924.

Au Rallye des "104 au 104", le Farman-Sport à moteur Anzani de Jean-Claude Bernard

aux couleurs de l'aéro-Club de France (L'Illustration)

F65 F-ADFM

F65 n°3

Tous droits réservés - Michel Barrière - crezan.aviation@gmail.com