crezan
F60
F60
F60

F.60 n° ? > F.61 n°4 > F.60, n/c 69..

F-AECB

1922

                Un Goliath F.60 de numéro constructeur inconnu, reçoit le CdI 801 en avril 1922 avec l'immatriculation F-AECB. Il est enregistré à la Compagnie des Messageries Aériennes qui a commandé à Farman 11 exemplaires de F.61 (moteur Renault), série dans laquelle le F.61 F-AECB porte le n°4.


                Le 21 août, Chailloux effectue la liaison Le Bourget - Croydon avec le F-AECB. Il repart de Londres le 21 août avec des passagers britanniques et américains. Alors qu'il décolle de Berck où il a fait une courte escale pour débarquer des passagers britanniques, le moteur tombe en panne et effectue un atterrissage forcé sur un bois. Le pilote eut le temps de demander aux passagers de passer vers l'arrière de l'appareil. Ces passagers restants - dont 5 américains (M. J Edwin Weissenfluth et sa fille, Mlle H.M. Roech et Mme Heins et sa fille), et l'équipage furent indemnes. Les passagers rejoinrent la gare et prirent le train pour Paris. L'avion fut, d'après le carnet de vol de Chailloux, "complètement brisé". Il n'en sera pas moins réparé.


                La presse publiera de nombreux commentaires parfois laconiques, parfois développés, sur cet accident, commentaires suscités par l'un des passagers américains racontant volontiers leur aventure : "la machine heurta un tas de sable, rebondit, et s'écrasa dans un arbre. Les réservoirs explosèrent, mais ne prirent pas feu. Le nez de l'appareil fut écrasé, le train d'atterrissage arraché et les ailes transformées en allumettes". [D'après The Guardian, 24 août 1922]

                Le récit de Flight aura une toute autre tonalité, évoquant les passagers cherchant à acquérir une certaine notoriété par ce biais aura une toute autre tonalité, concluant: "Selon le récit d'un passager ne cherchant pas quelque notoriété facile, le seul "dommage" aux passagers survint lorsque, sortant de l'appareil, l'un d'entre eux déchira son vêtement." . [Flight, 28 août 1922]

Article original de Flight du 28 août 1922, explicitant l'origine de certaines difficultés que rencontre le chercheur et qui ont fait que, sans le carnet de vol de Chailloux, je n'aurais pu identifier cet appareil, malgré nombre d'articles parus dans la presse.


1923

                A la création d'Air Union, le F-AECB est transféré à la nouvelle société. Il n'est enregistré à son nom qu'en juillet 1923, date à laquelle il a été converti en F.60 (moteurs Salmson) sans doute à l'issue de sa "réparation".


                Le 27 août, le F-AECB effectue une liaison du Bourget à Croydon piloté par Denneulin assisté du mécanicien Morin et transportant 5 passagers. Parti du Bourget à 11h30 GMT (12h30), il fait d'abord un vol sans histoire avec une escale à Berck (procédure estivale assurant une liaison avec Le Touquet / Paris-Plage) où il embarque 4 passagers supplémentaires. Le mauvais fonctionnement du moteur droit amène ensuite le pilote à faire par précaution une escale imprévue d'une demi-heure à Lympne, mais Morin ne constate qu'une légère fuite d'eau.


                Aprés avoir redécollé, Deneullin voit le moteur droit faiblir puis s'arrêter net, ce qui lui impose de se poser en urgence à East Malling (Kent). La dcescente se passe bien et à 17h30, l'appareil est sur le point de se poser lorsque le pilote demande à ce que les passagers de l'avant se déplacent un peu vers le centre de l'appareil. L'instruction est mal comprise et la plupart des passagers victimes du mal de l'air et paniqués se précipitent brusquement vers l'arrière de l'appareil qui se cabre et, en perte de vitesse, glisse sur la droite avant de heurter un arbre et de se retourner complètement dans une pépinière.

                Un étudiant anglais, M. Gunther, resté dans son siège à l'avant, est tué dans l'accident .

                Les 9 autres occupants sont blessés; sept d'entre eux : quatre Britanniques (MM. Bertish, Oliver, Striesman, Moren), un Danois (M. Centeswall), Denneulin qui a une fracture de la jambe droite et Morin qui a une double fracture du bassin sont conduits à l'hopital de Maidstone; 3 américains et un français, Paul Murat, acteur et ancien pilote, sont traités sur place.


                Le F-AECB, irréparable, est radié du registre en novembre 1923.

Le F-AECB de la CMA à Croydon en 1922. A cette date, il est encore équipé de moteurs Renault. [Coll. Michel Barriere]

Les restes du F-AECB crashé dans une pépinière à East Malling le 27 août 1923.

(Excelsior)

F.60    F-AEBY

F.60    F-AEEE

Tous droits réservés - Michel Barrière - crezan.aviation@gmail.com