crezan
F60
F60
F60

F.60 n°43 > F.61 > F.63 bis, n/c 69..

F-AEAU

1922

                Le Goliath F. 60 qui reçoit le CdI 770 le 7 mars 1922 avec l'immatriculation F-AEAU. Il est enregistré au nom de Farman, et basé à Toussus le Noble, est indiqué dans le carnet de vol de Bossoutrot comme étant le n°43. Il est conservé par Farman, qui a alors arrêté ses activités de tranport.


1924

                La SGTA reprend son activité sur la ligne Paris-Bruxelles-Amsterdam dans le cadre de la convention signée le 4 avril 1924 avec le Service de la Navigation Aérienne. Cet accord couvre l'utilisation de 2 Goliath, le F-AEAU et le F-AEIE, à compter du 1° juin.

1925

                Le 15 mai, les Lignes Farman inaugurent la ligne Paris-Malmoe. Ce vol n'emporte que trois passagers : une jeune norvégienne, Mlle Elly Wang, une femme d'affaires suédoise, Mme Mary Skoubak et l'envoyé spécial du Petit Parisien, C. Desmonceaux. A 8h00 au Bourget, tous trois embarquent sur le Goliath F-AEAU, salués par Dick Farman et Ferdinand d'Or.

                L'appareil, chargé à défaut de passagers d'un important fret, décolle à 09h05, piloté par Chailloux assisté du mécanicien et radio Jean Porcher. A 20h20, il se pose sur l'aéroport de Malmoe se pose à 12h40 à Amsterdam. Les voyageurs en repartent à 13h20 à sur le Junkers suédois S-AAAD faisant escale de 15h50 à 16h40 à Breme et de 17h15 à 18h00 à Hambourg. Si le départ du Bourget a été discret, l'accueil à Malmoe par M. Florman, directeur de la Compagnie suédoise de Navigation aérienne accompagné de M. Jean Moleyre, attaché commercial et du commandant Richard, attaché militaire de la Légation de France, est plus marquant et suivi d'une longue réception à l'Hotel Savoy. Le retour se fera le lendemain à 8h00 d'abord sur le Junkers S-AAAE jusqu'à Amsterdam, puis sur le Jabiru à moteur Lorraine F-ACFG qui se pose à 18h40 au Bourget après une escale supplémentaire à Bruxelles.


                Le samedi 3 octobre, effectuant une liaison Amsterdam-Paris, le Goliath F-AEAU n°43 piloté par Pierre Robin accompagné du mécanicien Jean Porcher et transportant 6 passagers dont 2 femmes, fait un atterrissage d'urgence vers 16h30 près de Bergen-op-Zoom suite à une panne moteur.

                Depuis Rotterdam, Robin qui s'est rendu compte d'une anomalie de fonctionnement des moteurs cherche un terrain d'atterrissage possible. Avisant un emplacement qui lui semble favorable près du village de Heerle, il décide alors d'atterrir, mais l'opération s'avère plus difficile que prévu. Le Goliath touche des roues juste avant un fossé qu'il parvient à franchir, arrache 6 arbres qu'il traine, puis une hélice se détache et les roues s'enfoncent dans un champ de pommes de terre, faisant passer l'appareil sur le nez. Il est nécessaire de découper le fuselage pour libérer les deux femmes qui étaient assises à l'avant de la cabine, mais les passagers sont indemnes et en sont quittes pour la peur. Une voiture les conduit à Roosendal d'où ils peuvent poursuivre leur voyage en train.

                Le lendemain dimanche, un mécanicien d'Amsterdam rejoint Bergen-op-Zoom et fait venir d'Anvers les rechanges nécessaires à une remise en état de l'appareil qui a dû deux jours plus tard pouvoir rejoindre en vol Amsterdam ou Dordrecht. En attendant  la fin des réparations, le Goliath est gardé par la gendarmerie.


1927

                En octobre, le F-AEAU est enregistré comme converti en F.61, mais en décembre de la même année, se trouve officiellement transféré à la SGTA et est alors enregistré comme converti en F.63 bis (2 GR Jupiter 9 Aa).

Le Goliath F-AEAU pendant ce qui semble avoir été à l'automne 1927 sa brève période de conversion en F.61, équipé de moteurs Renault. [Coll. Michel Barrière]

1929

                Il passe une visite au Bourget en septembre, à 1875h de vol.


                Le 8 novembre, un brouillard important sur le nord de la France oblige deux appareils de la ligne Bruxelles - Paris à se poser près de Vémars (Val d'Oise), dans un terrain détrempé. Il s'agit de deux Goliath des Lignes Farman partis à 13h00 de Bruxelles et transportant l'un 8 passagers, l'autre 12, tous des étudiants d'universités américaines qui, accompagnés de leurs professeurs, font un tour du monde. Le premier appareil, le Goliath F-AIQV piloté par Guy se met en pylône, le pilote et deux passagers étant légèrement blessés. Le second appareil est le Goliath F-AEAU piloté par Rozés. Se posant dans la boue, l'appareil passe sur le dos, sans qu'aucun de ses occupants ne soit blessé. Un Fokker se posera d'ailleurs à proximité, cette fois sans incident tandis qu'un quatrième appareil se posera près de Senlis.


1930

                Le F-AEAU passe ce qui semble sa dernière visite au Bourget en août 1930, à 2174h de vol. Il cesse probablement de voler en 1933 et n'apparait plus au registre AIR 1934. Il est enregistré comme réformé en avril 1934.

Le F-AEAU sur le dos près de Vémars au soir du 8 novembre 1929.

[Source : Le Matin/Gallica]

F.60 n°42    F-ADFQ

F.60 n°44    O-BLON

Tous droits réservés - Michel Barrière - crezan.aviation@gmail.com