crezan
F60
Présentation
Présentation

F.60 n° 42, n/c ?

F-ADFQ


                Le Goliath F.60 n°42, de numéro constructeur inconnu, reçoit le CdI 741 bis en décembre 1921 avec l'immatriculation F-ADFQ. Il est enregistré au nom de Farman, basé au Bourget, puis à Toussus-le-Noble.


                En janvier 1922, suite à la fusion entre les activités de la SGTA et de la Compagnie des Messageries Aériennes (CMA), il est transféré à cette dernière. Le F-ADFQ apparait donc dans la liste des appareils relevant de la convention signée le 21 mai 1922 entre la CMA et la Direction de l'Aviation Civile.


                Le 29 novembre 1922, il est équipé de moteurs Renault 12 Fe.

Le F.60 F-ADFQ en début de carrière, équipé de moteurs Renault. Ses fenêtres sont placées dans un bandeau de couleur claire. [Coll. Michel Barrière]

Le F.60 F-ADFQ avec moteurs Salmson 9Ab en 1926. [Coll. Michel Barrière]


                Il est converti en 1926 en F.60bis avec 2 Salmson 9Ab de 260cv, et enregistré à la SGTA. Il a alors effectué 684 heures de vol.

                

                En juin 1928, il est converti en F.161 avec 2 GR Jupiter à réducteur. Puis, en mai 1929, en F.63 bis (2 GR Jupiter 9 Aa) ; il a alors 201 heures de vol supplémentaires. Il passe une visite en octobre 1929 au Bourget. AN, TSF (ER).


                Le 9 juillet 1930, le F-ADFQ piloté par Guilbaud, accompagné du radio R. Manne et du mécanicien A. Vélard, décolle à 16h30 de Schiphol pour Paris via Rotterdam, Anvers et Bruxelles. Il transporte du courrier et du fret.

                Alors qu'il survole AAlsmer (Pays-Bas), des témoins constatent que l'avion a apparemment des poblèmes et que le pilote cherche un terrain pour effectuer un atterrissage d'urgence, avant de s'abattre brutalement dans un champ.

                L'appareil est totalement détruit dans le choc. Le pilote et le radio, sortis de l'avion par leurs propres moyens, sont légèrement blessés ; seul le radio sera hospitalisé à AAlsmer. Le mécanicien est retrouvé gravement blessé dans les restes du fuselage ; il décèdera peu après. La cause probable de l'accident serait un problème de stabilisateur. Le F-ADFQ a alors effectué 1440 heures de vol.

Les restes du Goliath F-ADFQ dans un champ près de Aalsmer aux Pays-Bas. A gauche, les débris de l'aile laissent entrevoir l'immatriculation. [Source : presse néerlandaise]

F60 n°41

F60 n°43

Tous droits réservés - Michel Barrière - crezan.aviation@gmail.com