crezan
F200
F200
F200

F.202 n° 9, n/c 7305, AIR 2-2182

F-ALLE

¤ 1931 - 1932


                Le F.202 n°9 reçoit le CdI n° 2949 le 4 septembre 1931. Equipé en biplace, il est alors enregistré au nom de Lucien Bézard, et basé au Mans. Il a déjà volé chez Farman, car on trouve trace en juin de vols de Bézard sur F.202 à toussus et le registre AIR mentionne une visite à Toussus en août 1931 indique déjà 102 heures de vol.


                Le 21 août 1932, eut lieu un après-midi de baptêmes de l'air organisée par la section de Mantes de l'aéro-Club de France sur le terrain de la Demi-Lune de Mantes-Gassicourt. Le pilote Maurice Quemin, sans être connu du club, avait obtenu l'autorisation de participer à cette animation. Après avoir emmené six paires de passagers, il décolle avec un couple, M. et Mme Dupuis, entrepreneurs de dragages à Rolleboise près de Mantes. Vers 18h30, revenant au terrain, Quemin fait un virage sur l'aile à une centaine de mètres d'altitude, et en perte de vitesse s'écrase au sol. Les trois occupants de l'appareil sont tués sur le coup. Quemin n'avait alors que 150 heures de vol.

                

L'épave du F.202 n°9 F-ALLE sur le terrain de Mantes le 21 août 1932. [Le Petit Journal]

Le F.202 n°9 en essais à Toussus-le-Noble. L'appareil est en livrée Farman bleu et argent. [L'Aéronautique]


                Il s'avére rapidement que l'accident est la conséquence de nombreuses anomalies. L'appareil marqué "R" était sensé être en révision sur le terrain de Toussus-le-Noble qu'il n'aurait jamais dû quitter; le brevet de Quemin ne lui permettait pas le vol avec passagers, et l'avion biplace ne pouvait évidemment emporter trois passagers. De surcroit, le F.202 avait subi une modification particulière constituant en un petit plan supplémentaire monté sur le bord d'attaque de l'aile supèrieure.

                Le 23 août, une commission technique du ministère de l'air dirigée par le commandant Pélissier vient examiner l'avion qui, en fin de journée, est démonté et mis sous scellés.


                L'enquête démontra que la modification du plan supèrieur était un dispositif "de sécurité" imaginé par Quemin, destiné à empêcher la perte de vitesse. C'est en voulant démontrer l'efficacité de ce dispositif que Quemin se mit dans la configuration qui provoqua l'accident. Il apparut également que, bien qu'enregistré au nom de Bezard, le F-ALLE était en réalité propriété d'une association en participation, la "Société Anonyme des Brevets d'Aviation Quemin" (S.A.B.A.Q.).


                Au procés qui s'ensuivit à l'été 1933, les organisateurs, dont M. Régnier, vice-président de l'aéro-club de France, furent lourdement condamnés.

                

Schéma tiré du brevet déposé par Maurice Quemin aux Etats-Unis

le 16 février 1932.

F202 n°8

F202 n°10

Tous droits réservés - Michel Barrière - crezan.aviation@gmail.com