crezan
F190
Présentation
Présentation

Le Farman 190

F.393 n° 3, n/c 7434, AIR 2-3570

F-ANAZ


                En mars 1934, André Bailly aurait, selon Les Ailes, commandé un F.393 avec lequel il compte entreprendre un voyage autour du monde. En septembre, Bailly déclare néanmoins à l'Est Républicain Il semble  l'appareil lui aurait en fait été confié par la maison Farman et le Ministère de l'Air pour une présentation à l'étranger. Il est prévu en premierlieu un vo'essai vers la Scandinavie, puis en octobre-novembre le départ pour un voyage de propagande aérienne de trois à quatre mois. Le F.393 n°3 est prêt fin juillet et, début août, l'avion passe les épreuves de réception et d'obtention des primes d'achat : obstacle de 30 m au bout de 600 m passé à 59,5 m; altitude de 600 m atteinte en 1mn 15s pour 2mn 45s demandé; atterrissage en 220m derrière un obstacle de 8m pour 250 m demandés.


                Le 6 septembre 1934, l'avion (CdN/CdI 3906) est enregistré au nom d'André Bailly, qui le prend en main aussitôt.


                Le 7 octobre 1934, à 10h30, Bailly et son frère décollent de Toussus pour Perpignan. Arrivant en Espagne en pleins troubles, il se pose à Carthagène pour faire les pleisn et repart pour Tanger sans être inquiété. Le 8, il est à Tanger, le 9 à Casablanca, le 11 à Oran. Il passe ensuite à Alger, Tunis, Gabès et se pose à Tripoli le 14, à Tobrouk puis au Caire le 17. De là, son frère ayant été rappelé à Paris, Bailly continue seul vers Bassora, Bouchir, Djask et Gawdar pour arriver à Karachi le 24. Il repart vers Johdpur (26/10), Allahabad, Calcutta (29/10). Il rencontre la pluie au dessus de la Birmanie et par Akyab et Rangoon rejoint Bangkok Don Muang le 30 octobre à 11h00. Le 31, il se pose à Saigon. Il y fait des présentations, donne des baptêmes de l'air. Il repart le 19 novembre pour Bangkok, puis continue son voyage par Prachnab, Lumpur, Singapour le 20; Sumatra le 21 et enfin Batavia le 22.

Le F.393 n°3 utilisé par Bailly pour sa grande randonnée en Asie de 1934. Dos et ventre du fuselage sont rouges. Selon une information de l'Est Républicain, le fuselage serait plutôt orange. Les carénages de roues seront démontés pendant le voyage. La liste des étapes n'est pas encore présente en bas du capot. [© Michel Barrière]

                Après avoir visité Bali, il repart vers le Siam. Il est à Singapour le 3 décembre, à Alor-Star le 5, Bangkok le 6, Rangoon le 7, Calcutta le 9.Le 11, il doit s'arrêter à Karachi pour attendre les autorisations de survol de l'Iran. Enfin, le 18, il se pose à Gaza, le 19 à Alexandrie, le 20 à Benghazi. Le 23, il est à Gabès. Reparti le 24 pour Alger avec sa jeune épouse. Un violent orage le contraint à atterrir à Bordj-bou-Arréridj sur un terrain labouré, détrempé par les pluies, où il s'embourbe. La préparation d'une piste de 200 mètres est nécessaire pour lui permettre de repartir vers Alger le 26, après avoir difficilement trouvé de l'essence à Setif le jour de Noel.

                L'appareil porte alors sur son capot la liste des étapes : Singapore, Sumatra, Java, Saigon II.

                Après une escale à Oran, il est à Casablanca le 27. Il effectue alors une visite du sud-marocain, se posant à Taroudant et Tiznit, puis repart le 4 janvier de Casablanca pour Alicante, Perpignan qu'il rejoint difficilement dans la tempête et Toulouse avant de revenir sur Paris le 13 janvier 1935, ayant parcouru 43.000 kilomètres et effectué 275 heures de vol.


                Pendant le reste de l'année, Bailly l'utilise pour des déplacements plus limités : Nancy, Cannes.

Le F-ANAZ lors de son passage à Alger le 26 décembre. De g. à dr. Mme Bailly, Bailly et M. Domenach. La liste des étapes figure en bas du capot [L'Echo d'Alger]


                En mai ou juin 1935, Bailly cède le Farman à P. Desenne qui l'utilise alors pour se rendre à Grenoble. Le F.393 est enregistré à son nom en septembre.


                En mars 1936, le F-ANAZ est enregistré au nom de J Lecarpentier (Paris).


                En mai 1939, le Farman passe une visite à Orly où il est basé. Il est alors enregistré au nom d'Alfred Dhôme (Paris) et porte toujours la même livrée.  Il est un peu plus tard réquisitionné, sa dérive portant le drapeau tricolore. Capturé par les Allemands, il est stocké à Orly en 1940, portant un gouvernail tricolore.

                Sort ultérieur inconnu.

F393 n°2

F393 n°4

Tous droits réservés - Michel Barrière - crezan.aviation@gmail.com