crezan
F190
F190

F.293 n° 1, n/c 7334, AIR 2-2348

F-ALRX


¤ 1931


                Fin octobre 1931, Paul de Talleyrand Périgord, duc de Valençay passe commande d'un avion de grand tourisme de luxe type F.190.


¤ 1932


                En janvier 1932, le montage de l'appareil du duc de Valençay est terminé. Il s'agit d'une version à moteur Hispano-Suiza HS 9Qa de 250 cv. Après essais, l'avion est présenté au S.T.Aé par Salel. En février, Lucien Coupet termine au S.T.I.Aé les essais officiels du certificat de navigabilité de l'appareil. Le 2 avril 1932, le F.293 est enregistré avec les CdN 2349 / CdI 3115.


¤ 1932 - 1934


                Dès le mois de janvier, le duc de Valençay et son pilote, Lallemand, s'entrainent sur F.190. Ayant pris possession en mars de son appareil, le duc de Valençay l'utilise régulièrement, notamment pour se rendre à Valençay. En avril, le duc part en villégiature sur la Côte d'Azur. Il fait ensuite un aller-retour à Valençay, où il vient de faire établir dans sa propriété un terrain d'atterrissage. Puis, il effectue un voyage à Deauville en compagnie du baron Aymar de Charmel.

                L'appareil ne doit pas correspondre à ses attentes. En effet, dès le mois de juillet est publiée dans Les Ailes la petite annonce suivante : "A vendre : Farman 190, tout neuf, 30 h de vol avec derniers perfectionnements, moteur Hispano-Wright 250 cv, conditions avantageuses. S'adresser 11 bis Avenue Charles Floquet, 7°"


                La vente de l'avion est probablement gérée par Farman car Freton, pilotant le F.293 et ayant à bord M. Guerand, effectue ce même mois de juillet 1932 un voyage Toussus-Orléans-Deauville-Toussus.


                Début août, le F.293 est livré à Louis Dollfus, la transaction étant enregistrée le 20 août. Louis Dollfus, propriétaire du domaine de Lismara, habite dans les environs de Tlemcen. Né le 10 mai 1901, cousin de l'aéronaute Charles Dollfus, il fait partie d'une famille d'industriels du textile (DMC); son père Jules Dollfus a construit le chemin de fer Oran – Oujda. Venu à l'aviation de tourisme dès 1929, il pratique de nombreux sports, en particulier la navigation à voile sur le lac Léman où est basé son FBA 17 F-AJOR. Il voyage toujours avec sa femme et sa fille et possèdera de nombreux avions : outre le FBA 17 F-AJOR et le F.293 F-ALRX, il possèdera le MS 230 F-AJMB, le F.402 F-AMXJ, le Po 56 F-ANMX, le MS 341 F-ANVV.


                Le 29 octobre, Dollfus décolle à 7H00 de l'aérodrome Morane-Saulnier à Villacoublay, accompagné de sa femme et du mécanicien Prax, pour Oran via Biarritz et Tanger où il se pose le 31 octobre. C'est probablement lui qui fait peindre sur le capot de l'avion - dont nous ignorons malheureusement la couleur - ce symbole africain qu'est le criquet d'autant que le même insigne figure sur son FBA 17. Pour les années qui suivent, nous n'avons pas d'information précise sur la carrière de l'avion que Dollfus revend en 1935.


¤ 1935 - 1936


                Le 10 mai, le F.293 est enregistré au nom de Michel Detroyat, probablement chargé de sa vente.  Le 15 novembre, le F.293 est enregistré comme acquis conjointement par François Sommer, frère du coureur automobile Raymond Sommer, et son ami Jean-Pierre Wimille, également coureur automobile. Avec l'appareil modifié et équipé d'un réservoir supplémentaire, François Sommer et Wimille, accompagnés de Jean Lacombe qui assure la navigation, rejoignent Le Cap pour le Grand Prix d'Afrique du Sud.

                Ses activités en 1936 nous restent inconnues.            


¤ 1937


                A partir de mars 1937, le F.293 est mis en vente chez Paul Legastelois; en mai, il apparait également en vente chez Aubert Aviation. Le 4 mai, le F.293 est enregistré au nom de Pierre Jossinet, et basé à Châteaudun. Il ne lui convient probablement pas car, en novembre, il est de nouveau mis en vente.


¤ 1938


                Le 28 avril, le F.293 F-ALRX est enregistré à l'Aéro-Club du Spectacle et basé à Toussus-le-Noble. Le 29 avril, piloté par Charles Strube, il décolle de Toussus-le-Noble vers 8H00, avec 4 passagers : Jean Roche, collaborateur de Joseph Caillaux, M. Tassart, beau-frère du directeur de Cabinet du ministre des finances, M. Chaize et M. Elic, ingénieur. A 9H30, l'avion s'écrase dans les bois de Baudonvilliers, entre Bar-le-Duc et Saint-Dizier. Les cinq occupants décèdent dans l'accident.


                Le F.293 est enregistré comme détruit le 16 mai 1938.

Retour à la liste

Tous droits réservés - Michel Barrière - crezan.aviation@gmail.com