crezan
F190
Présentation
F190

F.194 n° 4, n/c ?

EC-AAR


¤ 1931


                En 1931, un espagnol, Jaime Nadal Maimo, qui, après avoir fait fortune en Amérique du Sud s'est retiré à Seo de Urgel (La Seu de Urgell) pour raisons de santé, demande au gouvernement  espagnol la concession d'une ligne commerciale Barcelone-Andorre, joignant plus précisément l'aérodrome international d'El Prat de Llobregat et Seo de Urgel. Cette ligne serait destinée au transport de fret et de courrier.

                Pour traiter l'aspect aéronautique, Nadal s'est assuré de la coopération de José Canudas Busquets, l'un des principaux promoteurs de l'aviation catalane, fondateur de l'Aéro-Club de Catalogne, propriétaire d'un aérodrome et d'une école d'aviation situés à El Prat de Llobregat. Il possède déjà des de Havilland Moth, tandis que des Casa Gipsy, Moth construits en Espagne sous licence, sont en cours de construction. Si leur utilisation est prévue sur la ligne, il est retenu d'acquérir pour le service des Farman 190, plus exactement des F.194 pour leurs caractéristiques, certes, mais aussi par suite de l'implantation catalane du motoriste Hispano Suiza.

                Un premier appareil est commandé à la mi-1931 : ce sera le F.194 n°4. Dans les sources francaises, son acquéreur est un certain "M. Montal", en fait Don Vicente Montal Cornelles, un financier catalan qui acquiert l'appareil en pleine propriété. La construction de ce F.194 tardif est apparemment réalisée sur la base d'un un F.190 de fin de série, aux fenêtres rectangulaires : certaines vues font en effet apparaitre la présence des ferrures matérialisant le plan de fixation du moteur des F.190.

                Pendant ce temps, la préparation de la ligne se poursuit en Espagne. Comme terminus de la ligne, un aérodrome est installé à Seo de Urgel, au lieu dit "Els Inferns", et trois ou quatre terrains de secours sont aménagés sur le trajet. L'inauguration de la ligne est prévue à la fin du mois de novembre 1931.

¤ 1931


                Les essais du F.194 n°4, de numéro constructeur inconnu, sont effectués à Toussus en septembre 1931, l'appareil y étant ensuite réceptionné par Coupet.


                Le dimanche 27 septembre 1931, parti de de Toussus-le-Noble, José Canudas ramène en 7 heures de vol le F.194 n°4 à Barcelone, faisant escale à Bordeaux et Perpignan; il est accompagné de son épouse, du pilote José Maria Carreras, et de deux représentants du club aéronautique de Catalogne, Alfredo Doménech et Adolfo Subirana.


                Le samedi 3 octobre 1931, après une présentation officielle aux autorités et à la presse, le Farman est baptisé "Manuel Colomer", du nom d'un pilote catalan décédé lors d'une traversée de la Méditerranée, par la sœur de ce dernier, l'aviatrice Maria Pepa Montserrat Colomer.

                La cérémonie est suivie d'un vol d'inauguration le long de la Méditerranée. Le Farman, piloté par Canudas emmène symboliquement la marraine de l'avion, Pepa Colomer, ainsi que le représentant du maire, M. Ventallo et un journaliste. Des baptêmes de l'air sont ensuite donnés, en commencant par les autorités et journalistes présents.

Le F.194 n°4 à son arrivée à Prat de Llobregat en octobre 1931

                Le 1° novembre 1931, le promoteur du projet, Jaime Nadal, décède d'une crise cardiaque à Seo de Urgel. Le projet dans son ensemble n'est pas stoppé : l'exploitation de la ligne reste prévue avec un vol hebdomadaire sur le trajet de 130 km passant par Martorell, Montserrat, Manresa, Suria, Cardona, Naves, Sant Llarens del Morunys, survolant la Sierra del Cadí (2650 metres) pour se poser à Seo de Urgel qui en sera le terminus, l'atterrissage en Andorre étant encore impossible.

                Néanmoins, l'inauguration prévue le 30 novembre, est annulée la veille du vol. Les héritiers de Jaime Nadal, ne connaissant rien à l'aéronautique, mandatent alors un représentant, en la personne de Gabriel Montserrat Beunasar.


                La ligne est suspendue, mais l'appareil ne reste pas inactif. Le 8 novembre, l'Aéro-club organise un vol gratuit sur la Costa Brava, le Farman se posant à Figueras où il effectue toute la journée des vols de propagande. En fait, l'appareil vole régulièrement le week-end pour des baptêmes de l'air ou des vols touristiques, parfois gratuits, sur Barcelone, la Costa Brava, Sitges, Montserrat, Lerida, etc. aux mains des pilotes Canudas, Carreras ou Xuclá.

¤ 1932


                Le 7 janvier 1932, Canudas effectue la première liaison Barcelone - Seo de Urgel avec un Cirrus Moth. Le 14 janvier, le Farman qui effectue pour la première fois la liaison.   

                Le 3 février 1932, Montserrat, en tant que représentant des héritiers de Jaime Nadal, et Canudas, en tant que directeur technique, déposent la demande officielle de concession. Ils l'obtiennent le 18 février. La publication en est effectuée le lendemain au Journal Officiel (Gaceta de Madrid). La concession est non exclusive pour le transport de passagers (au tarif de 75 pesetas de Barcelone à Seo de Urgel) et le fret (à raison de 2 pesetas par kilo) en utilisant le Farman et d'autres appareils dûment enregistrés en Espagne. Le F.194 est enregistré dans le registre espagnol le 4 février au nom de José Canudas, responsable de l'exploitation, sous l'immatriculation EC-AAR.


                Le transport de courrier est interdit dans l'immédiat, mais pourra être autorisé ultèrieurement au tarif général, sous conditions, dés que le bon fonctionnement de la ligne aura été avéré pendant deux mois, et sa capacité de liaison quotidienne durant un mois. Elle ne le sera en fait jamais : l'exploitation de la ligne durera en effet quelque temps, mais si la régularité de l'exploitation est bonne, l'activité est insuffisante pour assurer la viabilité économique du projet qui est finalement abandonné.


¤ 1933 - 1935


                Dans les années qui suivent, le Farman est utilisé régulièrement pour des meetings ou des voyages touristiques le long de la côte méditerranéenne.                


                Le 30 septembre 1935, sa propriété est transférée de Vicente Montal Cornelles à Luis Aguilera Cullel, pilote breveté en 1930 à l'aéro-club de Catalogne. Le 1° octobre, la propriété du Farman est de nouveau transférée à la Cooperativa de Treball Aeri, groupement catalan d'aéro-clubs et d'avions privés, animée par José Canudas et dont les pilotes sont Luis Aguilera Cullel et José Maria Carreras.

Le F.194 n°4 sur le terrain de Santa Isabel en Nouvelle-Guinée le 22 janvier 1936


¤ 1936


                Le 2 janvier, le F.194 EC-AAR piloté par Carreras accompagné de son mécanicien Lorenzo Fornès et ayant comme passagers les époux Jover s'envole vers la Guinée espagnole. Passant par Alicante (02/01), il atteint Colomb-Béchar le 3 après escale à Oran. Il y reste 48 h en maintenance et en attente des autorisations de traversée du Sahara. Le 7, il est à Reggan puis le 8 à Gao via Bidon 5, et le 9 à Niamey et Cotonou. Après une étape Cotonou - Lagos - Douala le 10, il arrive à Bata le 11 janvier. Le 22 janvier, venant de Bata, il se pose à midi sur le terrain de Santa Isabel; il en repart le lendemain à 10h pour Bata, transportant à cette occasion le gouverneur général de la colonie. Il réalise quelques voyages vers Fernando Poo, Yaoundé ou Douala. Le 27 février, avec comme passager José Navarro, Directeur des exploitations forestières, il s'envole pour Fort Lamy, atteint Zinder le 28 et Gao le 29. Le 1° mars, il traverse le Sahara via Bidon 5 et atteint Reggan le 2, puis le 3 mars revient à Barcelone via Oran.


                En mai, le Farman participe au Rallye National de Madrid, perturbé par le mauvais temps.

Le F.194 n°4 en service aux Alas Rosas, probablement à Sariñena.

Le F.194 de José Canudas lors de son passage à Nice en août 1936. Il porte le nom de sa société d'appartenance et les marques des "Alas Rojas". Le tuyau d'échappement a été démonté pendant le raid africain de l'avion en janvier 1936. [© Michel Barrière]


                Dés le début de la guerre civile, le F.194 EC-AAR est réquisitionné par les Alas Rojas  et basé à Sariñena.

                Le 20 août, à 18H00, le F.194 EC-AAR atterrit à Nice sur le terrain de la Californie. Il est piloté par le catalan Joan Balcells qui, abandonnant l'avion, échappe à la police et gagne l'Italie.

                L'appareil, mis sous scellés par la police, est réclamé par le gouvernement catalan. Le 15 septembre, les scellés sont levés et l'appareil remis à Potez Aero Service pour réparation. Le 22 septembre, le pilote Enric Cera récupére l'appareil remis en état pour le convoyer à Barcelone.

                

                Le F.194 EC-AAR ne survivra pas à la guerre. Le 12 novembre 1940, il est définitivement rayé du registre espagnol.

  

F194 n°3

Retour à la liste

Tous droits réservés - Michel Barrière - crezan.aviation@gmail.com