crezan
F190
Présentation
Présentation

F.194 n° 2, n/c 7151, AIR 2-1483

F-AJIE


¤ 1929 - 1930


                La cellule F.190 n°30, équipée d'un moteur Hispano-Suiza HS 6 Mb, constitue le F.194 n° 2. Son numéro constructeur est 7151.

                En fait, dès le 20 juin 1929, Les Ailes  mentionnent que " [Le] F.190 continue à sortir en série ; six appareils destinés à différents clients : la Société des Moteurs (sic) Jupiter, les Entreprises de Photos Aériennes [F.192 n°2 (cellule F.190 n°19), livré en juin], la S.G.T.A. [au moins le F.190 n°16, livré en juin; peut-être également n°15 ou 17], l'Air-Afrique [inconnu; peut-être le F.190 n°20 de Paul-Louis Weiller livré en juin] et le Service Technique [F.190 n°11, livré en juin], ont été mis au point et vont être livrés incessamment". On note que les numéros de série des cellules identifiées sont plus précoces que celles qui serviront au montage des F.194 n°1 et 2. La Revue Hispano-Suiza mentionne d'ailleurs que 3 F.194 auraient éété montés en 1929 par Farman qui en aurait gardé un. Ces informations incitent à supposer des difficultés dans la mise au point du F.194. Outre les deux premiers appareil commandés destinés à Hispano (Rabatel) et à la Société des moteurs Jupiter  (Le Brix), une troisième cellule aurait en fait été utilisée pour le prototypage : ce pourrait être le F.190 n°9 avant sa reconversion finale comme F.192 n°1.

¤ 1929 - 1930


                En novembre 1929, alors que le F.194 destiné à Le Brix commence ses essais avant réception, la presse évoque le projet de voyage Paris-SaIgon de Le Brix accompagné de Jacques et Violette de Sibour avec cet appareil. En décembre, Coupet effectue plusieurs essais du F.194 n°2, ensuite présenté dès le début de janvier 1930 au S.T.I.Aé à Villacoublay. L'appareil est alors peint en argent, mais en avril 1930, la presse se référant au contrat passé par Le Brix avec Shell précise que le F.194, que la Shell doit recevoir incessamment, est peint en rouge et jaune, couleurs de la firme. A la mi-mai, l'appareil est terminé et Le Brix peut en prendre livraison.

                Le 13 juin 1930, le F.194 n°2 est enregistré à la Société Maritime et Fluviale des Transports de Pétrole avec les CdN / CdI 2415, puis en octobre, à la société des Pétroles Jupiter, filiales de Shell. Il est équipé de réservoirs d'une contenance totale de 374 litres et d'une hélice métallique Ratier. Il participe dès le 18 mai à la Fête de l'Union des Pilotes Civils de France, association dont il est le vice-président, avec "sa limousine personnelle avec laquelle il tentera d'ici peu de nouveaux raids".

                Le Brix utilise par la suite le Farman pour effectuer des tournées d'inspection des stations Shell des aérodromes français, mais surtout pour des rallyes et meetings de propagande. Sitôt après les Journées Nationales d'Aviation, il participe le 13 juin au Rallye Aérien du Sud-Ouest qu'il remporte, couvrant le trajet Le Bourget - Marseille – Rochefort – Bordeaux, soit 1540 km, à la vitesse commerciale de 126 km/h. Le 20 juin, il est au meeting d'aviation de Lyon. Le 10 août, il participe à la fête aérienne des Sables d'Olonne puis, le 24, au meeting de Chambéry à Challes-les-Eaux. Il effectue ensuite un voyage en Europe Centrale, passant à Belgrade le 29.

                Le 14 septembre, il participe au meeting d'aviation de La Baule. Puis, en octobre, il visite le Portugal, accompagné d'un mécanicien. Le 8, il est reçu à Alverca par les officiers aviateurs portugais, puis se rend sur la base d'Amadora. Il repart de Lisbonne pour Bordeaux le 11, effectuant le vol en 5h10 mn, avec une vitesse voisine de 200 km/h.


¤ 1931


                En 1931, avec la préparation des raids des "Trait d'Union", l'utilisation du Farman par Le Brix se fait plus discrète et, en septembre 1931, Le Brix disparaît dans l'accident du "Trait d'Union 2".


¤ 1932


                En 1932, l'appareil est gravement accidenté à Saint Geniès de Comolas (Gard) avec 60% de dommages. Le 6 octobre 1932, sa propriété est transférée de la société Maritime et Fluviale des Transports de pétrole à la Société Air Service. Il est alors reconstruit par Farman avec une cellule de F.199. Fin septembre, il est en cours de montage à Toussus, et équipé d'un réservoir de 160 litres en cabine. Il est alors remis aux couleurs Farman. Dans la semaine du 10 au 16 octobre, il est réceptionné par Veritas.

                

Le F.194 n°2 en essais fin 1929 [Coll Michel Barrière]

Le F.194 n°2, encore dans sa livrée de prototype en décembre 1929. [© Michel Barrière]

Le F-AJIE figurant sur une publicité de la Shell [Coll Michel Barrière]


¤ 1933


                Le 14 juillet 1933, Burtin l'utilise pour se rendre à Ostende avec 4 passagers dont le jockey M. Elliott. Le 14 août, le F.194 participe avec le F.193 F-ALGN à la fête aérienne de Plouescat; il est alors piloté par Desaleux et transporte 4 passagers. Pendant l'été, il aurait également été utilisé, ainsi qu'un Farman F.352, pour le transport rapide de journaux vers les palaces de Deauville, Berck et le littoral de la Manche.


¤ 1934 - 1936


                Le 30 mars 1934, il est enregistré au nom de Louis Thomas Hais, domicilié 36 avenue Mozart, Paris. Nous n'avons pas identifié ce personnage avec certitude mais, étant donné la suite de la carrière du Farman, il pourrait y avoir une relation avec Louis Hais, ingénieur du Service de la voie et des bâtiments du Chemin de fer d'Indochine et du Yunnan, habitant en fait à Hanoi.


¤ 1937 - 1938


Le 10 novembre 1937, le F.194 n°2 est enregistré à l'Aéro-Club du Nord Indochine à Hanoi. Toujours en livrée Farman, il porte l'insigne de l'Aéro-Club du Nord Indochine sur son capot. Le 11 septembre 1938, il passe sa visite Veritas à Gia-Lam à 374 h de vol. Son sort ultérieur est inconnu.

Le F.194 aux couleurs de la Shell. [© Michel Barrière]

Le F.194 n°2 à HanoÏ en 1937. [© Michel Barrière]

F194 n°1

F194 n°3

Tous droits réservés - Michel Barrière - crezan.aviation@gmail.com