crezan
F190
Présentation
Présentation

F.190 n° 38, n/c 7166, AIR 2-1565

F-AJLL


¤ 1930


                Recevant le CdN / CdI 2342 le 28 janvier 1930, le F.190 n°38 est enregistré à Air Union Lignes d'Orient. L'appareil a été retenu par Noguès pour explorer la ligne Damas – Saïgon. Ce F190 deviendra le plus célèbre d'Air Union. Au delà de ses caractèristiques propres, Noguès utilisera cet appareil personnel - et son successeur, le n°57 F-AMFF, pour apprécier par lui-même tant les possibilités des nouvelles lignes que les apports des techniques nouvelles.

                L'avion est équipé de grands réservoirs d'aile (500 litres) et de 2 réservoirs de bord d'attaque (2 x 110 litres) lui permettant l'emport de 720 litres de carburant. Il est doté, probablement dans les ateliers d'Air Union à Marseille Marignane, d'une TSF (émission - réception).

                La première mission du F.190 n°38 piloté par Noguès est l'exploration de la ligne Paris - Saigon - Hanoï.


¤ 1930


                A la veille de Noël 1929, Paul-Louis Weiller convoque Georges Marsot, pour le présenter à Maurice Noguès, directeur de la compagnie Air Union - Lignes d'Orient. Quelques jours plus tard, Marsot prend en charge le F.190 F-AJLL peint aux couleurs tango de la compagnie Air Asie qui effectue son vol d'essai aux mains de Noguès. Le 13 janvier 1930, l'avion piloté par Noguès rejoint Marseille-Marignane et les ateliers d'Air Union.

                Le voyage a pour but la reconnaissance des itinéraires, l'organisation des services d'escale et l'étude du matériel nécessaire à l'établissement de la ligne Paris - Saigon.

                Le 12 février 1930, Noguès et Marsot partent pour Naples (13/02), Athènes (14/02). Le 15, ils partent pour Alep, mais le mauvais temps leur impose à une escale à Chypre. Ils rejoignent ensuite Lattaquié, puis Damas (16/02), où ils font une escale de huit jours pour attendre M. Allègre, administrateur délégué de la Compagnie Air Union-Lignes d'Orient, chargé de mission par le ministère de l'air et qui a emprunté pour ce faire le 22/02 le service régulier Marseille – Syrie. La misssion continue ensuite par Bagdad (28/02), Bassora (01/03), Bouchir, Djask (02/03), Karachi (03/03), Jodhpur (04/03), Bénarès, Gaya, Allahabad et Calcutta (06/03), Akyab (07/03), Rangoon (08/03), Bangkok (09/03); le 10 mars à midi, l'avion se pose à Saigon sur le terrain de Tan-Son-Nhut.

Le F.190 F-AJLL que Noguès utilise pour l'ouverture de la ligne Paris - Indochine en février - mars 1930.

Le même appareil, baptisé "L'Agile" à Air Union en 1932 . Les marques ont été mises à jour . [© Michel Barrière]


                Aprés révision, ils repartent le 17 par Tourane et Hué avec François Gleize, délégué général d'Air Asie, pour rencontrer à Hanoï le gouverneur général. Au retour, ils sont victimes d'un accident mécanique (casse de la soupape du démarreur à cartouche) et se posent à Hué où, en l'absence de rechagne , Marsot fait une réparation de fortune qui leur permet de rejoindre Saigon. Noguès est épuisé; en fait, il a la typhoïde. Hospitalisé, il est rejoint par Marsot, le bras cassé par l'hélice au démarrage de l'avion par le pilote de remplacement.

                Allègre rentre par le paquebot "Chenonceau" des Messageries Maritimes pour rendre rapidement compte au ministre. Aprés une convalescence pendant laquelle Noguès est est hébergé par Paul Gannay, directeur de la Banque d'Indochine, principal actionnaire d'Air Asie, Noguès et Marsot embarquent sur le "Sphynx" des Messageries Maritimes. Le 26 mai 1930, ils débarquent à Marseille, salués par un CAMS aux couleurs tango de la compagnie.  


                Le 8 juillet 1930, Air Asie fusionne avec Air Union Lignes d'Orient donnant naissance à Air Orient.

¤ 1930 - 1932


                Resté en Indochine pour le compte de la compagnie, le F-AJLL passe sa première visite Veritas en juillet 1930 à Saïgon ; il accuse alors 126 heures de vol. Il est baptisé "L'Agile", restant toujours peint en orange tango avec la marque d'Air Orient. En mars 1932, l'appareil est enregistré à Air Orient, ceci concrétisant la fusion d'Air Union Lignes d'Orient et d'Air Asie. Un petit incident sans conséquence impose un échange de l’amortisseur gauche fin mai alors que l’avion accuse 414h 00 de vol.

                Le 20 novembre 1932, le F.190 F-AJLL fait une mission d'études de 6 heures sur la ligne Bangkok – HanoÏ.

¤ 1933


                En 1933, il troque son moteur Titan GR 5Ba contre un GR 5Bc.


                Le transfert de cet appareil historique et bien équipé à Air France ne pose aucun problème, et toujours baptisé "L'Agile", il reste dans la compagnie après le décès de Noguès; ce sera l'un des 4 F190 encore au service de la compagnie en début 1939.

                En novembre 1933, il apparait toujours peint en orange mais avec son gouvernail et les extrémités des ailes peints en blanc.              

Le F-AJLL à Air France en novembre 1933. Le nom de la compagnie et de l'avion doivent être présents, mais ils ne sont pas visibles sur les photos connues. En 1934, un petit insigne non identifié figure sur sa dérive. [© Michel Barrière]

                

¤ 1938 - 1939


                Le CdN du F-AJLL est renouvelé le 28 avril 1938. Le 3 août 1939, le F-AJLL est vendu à l'Aéro-Club d'Annam à Hué. Il passe sa Visite le 11 août 1938 à Saigon. Le 31 août 1939, il est enregistré à l'Aéro-Club d'Annam qui n’en profite pas longtemps : le F-AJLL est peu après réquisitionné par l’Armée de l’Air.


¤ 1940 - 1943


                Ayant pris possession du F-AJLL à Bien Hoa le 15 mai 1940, l'Armée de l'Air l'affecte à l’escadrille 1/596.


                Sa fin est racontée dans L'aviation française en Indochine (par Christophe Cony et Michel Ledet, Lela Presse, 2012) :

                "En juin 1943, le capitaine Hutter (ancien pilote de chasse de l'escadrille 2/595) est muté au bureau des statistiques à Hanoï, pour y diriger la Section Air. Or, ce bureau n'est ni plus ni moins qu'un service de renseignement camouflé, pour lequel le capitaine Hutter centralise les informations recueillies par des agents vietnamiens infiltrés sur les bases occupées par les Japonais [....] Le 10 octobre 1944, il est désigné pour convoyer par avion des informations ultra secrètes destinées […] qui doivent être dirigées […] vers les Alliés. Pour effectuer sa mission, le capitaine Hutter doit emprunter le Farman 190 F-AJLL; … le pilote en est  l'adjudant Payen et il est accompagné de l'adjudant Blache, mécanicien… Le décollage a lieu après 08h00, mais vers 10h00, l'appareil est pris dans une tempête. Ne pouvant se poser sur une base occupée, le pilote finit par essayer de limiter les dégâts et, à 10h20, il pose le Farman qui s'écrase près du village de Tan Xuan, dans la Chaîne Annamite. Si les adjudants Payen et Blache n'ont que des blessures superficielles, ce n'est pas le cas du capitaine Hutter, beaucoup plus gravement atteint… Le Farman est bien entendu complètement détruit".


                Les secours alertés par l'équipage transporteront le capitaine Hutter à Hué où il sera opéré d'urgence avant de regagner l'hopital de Tong pour y être soigné.

Le F-AJLL réquisitionné porte la livrée de Vichy adaptée pour l'Indochine. La peinture de l'arrière de l'appareil, non visible sur la photo initiale (Coll Franck Roumy), est restituée selon le standard d'époque. [© Michel Barrière]

F190 n°37

F190 n°39

Tous droits réservés - Michel Barrière - crezan.aviation@gmail.com