crezan
F190
Présentation
Présentation

F.190 n° 24, n/c 7144, AIR 2-1416

F-AJFM


¤ 1929


                Le 25 juillet 1929, le F.190 n°24 vole aux mains de Lucien Coupet pour essai, puis réception d'un dispositif de lancement de journaux.

                Cet appareil est en effet doté d'un aménagement particulier : il dispose de 2 coffres à l'intérieur du fuselage pour le stockage des journaux et d'une trappe en permettant le largage. Il peut ainsi transporter 400 kg de journaux, soit près de 8000 exemplaires. Cet aménagement est similaire à celui apparu et testé précédemment en Allemagne où Heinkel a dès 1926 créé un appareil, le H.D. 39, puis en 1927 le H.D. 40, spécialement étudiés pour cette mission.


                L'installation spécifique de transport et largage en vol de journaux ne semble cependant pas concluante, car l'année suivante, l'opération est assurée comme du fret normal par un F.190 non spécialisé, l'avion se posant pour déchargement. L'installation spécifique de transport de journaux est alors démantelée.

L'aménagement intérieur du HD 39 donne une idée du système de stokage et de largage des journaux.

(Coll. Michel Barrière)

1° août 1929 : le F-AJFM largue les paquets d'exemplaires de Paris-Soir au-dessus de Deauville. [Les Ailes]

Le F-AJFM dans sa livrée d'Air Service.

Le fanion de la société figurait vraisemblablement sur le flanc gauche [© Michel Barrière]

¤ 1929


                A partir du 8 juillet, un service aérien de transport de journaux a été organisé par les Messageries Hachette. La première liaison est assurée par Air Union et permet de fournir à Londres les journaux du matin dès 9h30.


                Le 30 juillet 1929, le F.190 n°24 effectue un vol avec 3 passagers. Le lendemain, il est enregistré à la S.G.T.A. sous l'immatriculation F-AJFM avec les CdN / CdI 2185 et mis aussitôt à la disposition des Messageries Hachette pour effectuer le transport de Paris-Soir vers Deauville.

                Le premier vol a lieu dès le 1° août. etc. Largués en vol, les journaux sont chargés sur des camionnettes et distribués ensuite sur toute la côte, de Honfleur à Cabourg.

                Pendant ce mois d'août, piloté par Guy, l’avion décolle tous les soirs du Bourget à destination de Deauville où il procède au largage des journaux sur la plage. L'altitude de largage, citée comme étant d'une vingtaine de mètres, apparaît nettement supérieure sur les photos et le déchet doit être sensible.

                L'avion poursuit parfois son trajet en survolant Deauville pour des jets de prospectus, puis revient au Bourget où il se pose avant la tombée de la nuit, vers 20h45.


                Le F-AJFM n'est pas le seul appareil assurant ce type de liaisons. Le 15 août, un avion - de type non précisé - assurant le transport de journaux Paris-Deauville s'écrase à l'atterrissage. L'avion est détruit, mais le pilote s'en tire avec des contusions.



                Le 11 décembre 1929, le F-AJFM est repris en compte par la société Farman.


¤ 1930

 

                Le 19 mars 1930, le F-AJFM est enregistré comme ayant rejoint la nouvellement créée société Air Service.

                Du 1° août au 1° septembre, le F.190 n°24 reprend pour les Messageries Hachette son service régulier de distribution de journaux.

                Ceci ne lui interdit pas des prestations plus classiques : le 24 août 1930, par exemple, le Farman participe au meeting de Nevers-Cheutinville, piloté par Portal accompagné d'un mécanicien.


                L'installation spécifique de transport et largage en vol de journaux ne semble finalement pas concluante, car en 1931, l'opération est assurée par un F.190 non spécialisé, en l'occurence le n°23 F-AJFC, l'avion se posant pour déchargement. L'installation spécifique de transport de journaux du F-AJFM est alors démontée.

¤ 1931 : 1° Tour de France des Avions de Tourisme

 

                En mai 1931, le F.190 n°24 est affrété par la marque de disques Columbia. Peint en jaune (probablement jaune orangé, certains journaux le mentionnant comme "avion tango") avec marquages noir, il accompagne le Tour de France des avions de tourisme. Le journal Les Ailes décrit ainsi la prestation :


" On ne va pas s'ennuyer au cours de cette longue randonnée. Et si les escales, aux villes-étapes, risquent de paraître longues, l'avion Columbia serait là pour distraire les pilotes et leurs passagers. L'avion Columbia?

Eh oui! Il ne s'agit pas de l'avion fameux de Levine et Chamberlain, mais de l'avion frété par la grande marque de machines parlantes et de disques pour accompagner les concurrents du Tour de France.

C'est un Farman 190. Sur le fuselage peint en jaune s'étale, en lettres noires, le nom : Columbia. Sur l'empennage et le capot, les notes musicales qui sont la marque de fabrique. A l'intérieur, derrière le pilote, une grosse caisse est fixée dans la cabine dont les sièges sont occupés par quatre musiciens, joueurs de jazz. Ceux-ci, habillés de bleu, manient avec talent accordéon, guitare, saxophone, banjo, …

C'est Risser, le pilote des lignes Farman, qui promène sur la France, ce joyeux avion."


                Les 4 et 5 juillet 1931, le F.190 n°24 toujours piloté par Risser participe aux Journées d'Auvergne à Aulnat et remporte la Coupe Fraysse-Demey.


                En octobre 1931, le F.190 n°24 est réformé et radié du registre F. Cette fin rapide est peu compréhensible car il ne totalisait que 188h de vol lors de sa dernière visite en octobre 1930. Elle est peut-être liée aux modifications structurelles induites par sa spécificité initiale.

Le F-AJFM d'Air Service affrété par Columbia pour le Tour de France 1931. [© Michel Barrière]. L'orchestre Alexander est traditionnellement habillé de combinaisons bleu ciel [L'Avion]

F190 n°23

F190 n°25

Tous droits réservés - Michel Barrière - crezan.aviation@gmail.com