crezan
F190
Présentation
Présentation

F.190 n° 18, n/c 7133, AIR 2-1357 bis

F-AJDD

¤ 1929


            Coupet pilote le F.190 n°18 avec 3 passagers le 16 août 1929. Il effectue la réception de l'appareil le lendemain. Ayant reçu les CdN / CdI 2256 le 10 septembre 1929, le Farman doté de réservoirs de 270 litres est enregistré à la Compagnie Aérienne Française (CAF), et basé à Suresnes.

            Son aménagement pour 4 passagers suggère que la CAF l'a acquis pour effectuer des services d'avion-taxi sur ses lignes et de propagande.

¤ 1929 - 1930


            En novembre 1929, le F-AJDD passe sa visite au Bourget. Pas d'information sur son utilisation qui reste alors discrète.    


¤ 1931


            En 1931, après avoir effectué une grande visite en Afrique, M. Dumesnil, ministre de l'Air, décide d'accélérer le balisage de la ligne aérienne Reggan - Gao. La Compagnie Générale Transsaharienne (C.G.T.), qui assure le service automobile sur cette liaison ouvre alors une ligne aérienne. La liaison totale d'Alger (ou Oran) à Gao prend 6 jours et coûte 3.990 francs. D'Alger (ou Oran) à Colomb-Béchar, le service est réalisé par chemin de fer; puis de Colomb-Béchar à Reggan, par des automobiles de la C.G.T.


            Pour relier Reggan à Gao, en principe avec un aller-retour par mois, la C.G.T. a fait appel à la CAF. L'appareil retenu pour ce projet est le F-AJDD. Il passe sa visite à Mérignac en novembre 1931, préalablement à son départ pour l'Afrique. Piloté par Pierre Obrecht, ancien sergent de l'Armée de l'Air et pilote de la CAF à Bordeaux, l'avion est aux couleurs de la Compagnie, chocolat et jaune d'or.

            L'expérience transsaharienne est prévue pour durer 5 mois. Pour les passagers, le gain de temps est sensible : 8,5 h de vol au lieu de 3 jours en automobile pour un coût de 500F supérieur. L'avion emporte systématiquement une charge d'une centaine de kilos constituée d'un poste de T.S.F., de vivres et d'eau potable. Le radio est Obrecht lui-même, qui annonce ses départs et arrivée et peut prendre contact en cas d'accident.

Le F.190 F-AJDD de la C.A.F. [© Michel Barrière]

Le F.190 F-AJDD en escale à Bidon 5 lors du vol inaugural de la ligne Reggan - Gao. [Coll Michel Barrière]


                Le 25 novembre, le F-AJDD se pose à 15H00 à Oran venant de Marignane avec à son bord M. Level, administrateur de la CAF, et son épouse ; il est suivi à 16H25 par le F.198 n° 1 piloté par Arrachart qui vient également de Marignane pour réaliser son voyage d'étude sur la liaison Paris - Madagascar. 

                Le vol inaugural a lieu le 29 novembre 1931. Obrecht transporte M. Level, Georges Estienne, fondateur de la C.A.F. et deux fonctionnaires rejoignant leur poste. Le F-AJDD effectue ce parcours de 1300 km au-dessus du désert, avec escale à Bidon 5, de conserve avec le F.198 d'Arrachart. Ce premier vol s'effectue sans difficulté.

                Le retour Gao – Reggan a lieu le 22 décembre. A cette occasion, le Farman emporte deux passagers, un indigène targui comme interprète et 50 kg de bagages dont le courrier de Niamey.


                Le départ du vol suivant, prévu le 27, a finalement lieu le 28 décembre, l'avion n'emportant que l'interprète, le courrier et du fret. Le F-AJDD reprend le trajet de Reggan à Gao, mais fait un atterrissage forcé à 8 km au sud de Bidon 5, peu après son décollage : les câbles de commande d'ailerons, dilatés par la chaleur à Bidon 5, sont sortis des poulies de renvoi et se sont bloqués. Une demi-heure après, Obrecht prévient la C.G.T. par radio. Le 31 décembre, le pilote, son interprète, le courrier et le fret sont recueillis par une voiture de la Compagnie Générale Transsaharienne partie le 29 à 18 h de Reggan et amenés à Gao où ils arrivent le 2 janvier à 17h00. L'appareil, qui n'avait pu être fixé, a été retourné par une tempête de sable et, très endommagé, a été abandonné sur place.


¤ 1932


                Le 24 janvier, Obrecht reprend avec un autre appareil (indéterminé, Farman 190 ou Nieuport 390) le service qui continue, semble-t-il, jusqu'en avril, soit peu avant la fin des 5 mois d'exploitation prévus. Il n'y aura pas de suite immédiate. La C.G.T. ne le reprendra qu'en 1934 avec des Caudron Phalène.

                Le 26 janvier, Wauthier, Seabrook et Worthington volant vers Tombouctou à bord du F.190 n°51 F-AJTS survolent l'épave du F-AJDD : "A short distance south of Bidon 5, quite close to the trail, lies the smashed skeleton of a aeroplane, its ribs beginning to be covered with drifted sand, just like the skeleton of a camel. It belonged to an able aviator, a Monsieur Obreck. He too made a good forced landing in a sandstorm – but he had forgotten or neglected to bring along his ropes and sandbags." [William Seabrook, Air Adventure, Ed. George G. Harrap, 1933).


  

F190 n°17

F190 n°19

Tous droits réservés - Michel Barrière - crezan.aviation@gmail.com