crezan
crezan

André Maillet


                Antoine André MAILLET est né le 4 octobre 1896 à Loches (Aube). Il est le fils d'Arsène, Paul Maillet et d'Irma Dubreuil. Sa profession de boulanger ne le prédestine pas à l'aviation. Le 27 septembre 1914, engagé volontaire, il est affecté au 13° Régiment d'Artillerie. Promu Maréchal des Logis le 8 octobre 1916, il passe à l'aviation le 2 mai 1917. Breveté pilote, il rejoint la MS 215 le 1° octobre 1917. Il est abattu le 23 mars 1918.

                André Maillet fut considéré comme un excellent pilote de chasse, d'observation et de bombardement.


                Aprés la démobilisation, il passe deux ans en Indochine contribuant à la création du réseau aérien local, puis il accomplit une année au Japon en qualité d'instructeur de la jeune armée japonaise.


                Dans les années 20, il devient un pilote relativement populaire, participant à des meetings, comme celui de Sainte Maure (Aube) du 31 mars au 1° avril 1929, peu de temps avant son départ pour l'Ethiopie...

  


                En 1929, il signe un contrat de 3 ans comme directeur de l'aviation éthiopienne. En juin 1929, il débarque à Djibouti avec 3 Potez 25 à moteur Lorraine. Le 3 juillet 1930, son contrat est résilié et il rentre à Paris à la fin du mois d'août.


                A son retour en France, il devient début novembre 1930, chef-pilote de l'Aero-Club "Roland Garros" fondé à Orly par Suzanne Deutsch de la Meurthe, prenant ses fonctions dès le 1° novembre 1930, et se consacre avec succès à son développement.


                Le 24 novembre 1932, il décolle d'Orly avec son Caudron Phalène, pour se rendre à Addis-Abeba avec son épouse. Par Marseille, il arrive à Tunis le 26, Tripoli et Syrte le 27, Benghazi, Le Caire le 29, Assouan, Wadi-Halfa, Asmara et Djibouti où il arrive le 3 décembre. Le 4 décembre il se pose à Addis-Abeba. Le lendemain, il assure la liaison postale avec Djibouti. Pendant son séjour, il réalise des démonstrations. Au cours de l'une d'entre elles, par suite d'une rupture de l'avion, il s'écrase sur le toit d'une maison. L'avion est détruit, mais Maillet et son passager sont indemnes. Début janvier 1933, il est de retour à Orly.


                En 1933, il participe au rallye du Caire sur le Potez 43 F-AMGM de Stiebel.


                Au Roland Garros, il forme et influence par sa personnalité de nombreux pilotes, comme Madeleine Charnaux, qui le décrit en 1933 dans ses souvenirs : "Maillet ressemblait à son nom. Clair comme du buis, trapu, carré, avec une machoire napoléonienne, une bouche mince, d'extraordinires yeux bleus qui scrutaient, qui fouillaient, qui évaluaient les êtres. Il n'avait pas quarante ans et était tout blanc, avec un belle crinière soyeuse rejetée en arrière."


                Avec son chef mécanicien Edmond Nennig, il construit alors un avion de tourisme à aile basse : le prototype du Maillet Nennig MN Type A à moteur Régnier de 180 cv vole en 1933, immatriculé F-AMUT.

....


                André Maillet se tue le 30 juin 1934 à Orly au cours du vol de prise en main d'un Caudron Phalène par le banquier David-Weill. Ses obsèques ont lieu le 3 juillet à lparis, dans l'église Saint Honoré d'Eylau, puis une cérémonie a lieu au cimetière de Thiais où il est inhumé. Suzanne Deutsch de la Meurthe, pour l'Aéro-Club de France, et  Maurice Arnoux, pour l'Association des Officiers de Réserve et l'UPCF lui rendront hommage.


                Maillet était franc-maçon et l'intervention de ses "frères" favorisa l'exploitation industrielle de ses brevets et l'aide matérielle qui en revint à son épouse : Jean Lignel achète la licence du Maillet Nennig et crée le 24 juillet 1934 la SFCA (Société Française de Constructions aéronautiques) qui produira la série des Maillet-Lignel, perpétuant ainsi le nom de leur créateur.

Tous droits réservés - Michel Barrière - crezan.aviation@gmail.com